MONUMENTS 14-18 ||||| Rues de Reims ||||| Exploitation des CPA ||||| Inscription à la newletter ||||| Adhérer à notre association

 

NOTRE SITE : REIMS 14-18

 

Mercredi 16 mai 2012 3 16 /05 /Mai /2012 11:06

A cet amalgame de poutres et y met le feu. On appelle les pompiers. Mais que peuvent-ils faire alors qu’une partie de la ville et même leur caserne sont en feu?... Bientôt les flammes s’engouffrent dans la nef, attaquent les portes, se communiquent à la paille qui jonche le sol de la cathédrale et sur laquelle reposent des blessés allemands. C’est la panique. Mais les Allemands, que la foule veut massacrer, sont sortis de l’édifice et sauvés grâce à l’intervention énergique des abbés Landrieux, Thinot et Andrieux.http://www.editionsfradet.com/la-cathedrale-de-reims-dans-l-histoire-1914-incendie.html

 

nefpaille2.jpg

Quand je pénétrai, l'après-midi de ce même jour, dans la cathédrale, la tristesse et la désolation de la scène m'impressionnèrent. En travers du portail gisait un vieux mendiant qui, depuis bien des années, implorait à cette même place la charité des fidèles; comme indifférent à l'effroyable drame qui se déroulait autour de lui, il était demeuré là, à demi enseveli sous les éclats dé pierre et de verre, mais attendant toujours l'aumône. Le sol était couvert de débris informes; sur un tas de gravats, brillait un lustre dont la chaîne avait été coupée par un éclat d'obus. Vers le fond, les blessés allemands se blottissaient derrière les énormes piliers pour échapper à la pluie de projectiles. Une flaque de sang précisait l'endroit où le pauvre gendarme avait trouvé la mort, et, tout près, deux cadavres d'Allemands étaient étendus sur la paille. Chaque fois qu'un obus éclatait dehors, les prisonniers frissonnaient de peur, sous la pluie de débris qui tombaient du toit ou des fenêtres. [texte tiré de Bombardement de la Cathédrale]

Cathédrale, maisons de Champagne

Monuments historiques

RGI Revues

Cartes postales 1914

remerciement à la librairie "l'alphabet" rue Jean Jaures pour le tirage photo.

Par Vincent Zénon RIGAUD - Publié dans : Cathédrale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Retour à l'accueil

Derniers articles

  • Rue Colbert - Hôtel de ville
    Cette carte postale prise juste après la Première Guerre Mondiale nous montre la rue Colbert en ruine et ce qui reste de l'Hôtel de Ville suite à son incendie en mai 1917. Vous remarquerez les deux "tas" de pierres au premier plan qui sont les restes des immeubles situés sur la...
  • Rue de Betheny, actuelle rue Camille Lenoir #2
    Cette partie de la rue Camille Lenoir se situe après l'Eglise Saint-André La carte postale n'a pas voyagé. Diificile de reconnaitre la moindre maison entre les deux vues   CPA et montage : Véronique Valette  
  • Un coin de la Place des Marchés
    Elle a bien changé cette place des Marchés, jusqu'à son nom puisque c'est aujourd'hui la place du Forum ! Qui pourrait imaginer qu'il y avait avant la Grande Guerre, deux immeubles (aujourd'hui disparus) et qui étaient situés de part et d'autre de la rue Colbert ?...
  • Librairie Matot-Braine
    Dans les années 1930, la librairie Matot-Braine est reconstruite à l'angle de la rue du Cadran Saint-Pierre et du Cours Langlet. CPA : collection Michel Thibault.         Photo et...
  • "A la Grosse-Botte" angle des rues du Cadran-St-Pierre et des Telliers
    Après la Reconstruction, le magasin de chaussures "A la Grosse-Botte" retrouve son endroit d'avant guerre (16-18 rue du Cadran Saint-Pierre) et fait aussi l'angle au 2 rue des Telliers. C'est aujourd'hui le magasin de vêtements "Caviar" qui occupe cet emplacement. Vous noterez...
  • "A la Grosse Botte" pendant la Reconstruction
    Après la grande Guerre et pendant la reconstruction de la ville, les commerces rémois sont "hébergés" dans des baraquements provisoires, pour leur permettre de reprendre leur activité.  Le magasin "A la Grosse-Botte" initialement situé rue du Cadran Saint-Pierre (voir nos...
  • "A la Grosse-Botte" rue du Cadran Saint-Pierre
    La maison "A la Grosse-Botte" est fondée en 1868. C'est un magasin de chaussures très connu et sa réputation se poursuivra après la Première Guerre Mondiale, malgré la destruction de la ville, et pendant sa Reconstruction. Son enseigne est une grosse botte en fer...
  • Place Drouet d'Erlon - 1996
    Carte moderne de la Place Drouet d'Erlon qui a circulé en 1996. La vue est prise depuis la fontaine Subé, en direction de la gare. Collection : Béatrice Keller        
  • Le socle du Kiosque des Marronniers
    A la place de l'actuel monument aux Martyrs de la Résistance  (situé sur les Hautes Promenades) il y avait un kiosque (voir l'article du 1er décembre sur Reims Avant : Le Kiosque des Marronniers). Il y a eu à Reims plusieurs kiosques : sur...
  • Le Kiosque des Marronniers
    Ce kiosque a été construit en 1883. Il était situé sur les Hautes-Promenades dans l'Allée des Marronniers. La carte montre aussi la fontaine Bartholdi détruite pendant la Première Guerre Mondiale, tout comme le kiosque. Il sera reconstruit puis définitivement supprimé en 1952...
Liste complète
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés