MONUMENTS 14-18 ||||| Rues de Reims ||||| Exploitation des CPA ||||| Inscription à la newletter ||||| Adhérer à notre association

 

NOTRE SITE : REIMS 14-18

 

Vendredi 19 septembre 2014 5 19 /09 /Sep /2014 06:00

100 ans

les échafaudages prenent feu le 19 septembre, à 15 heures

Fidèle à elle-même la cathédrale arbore toujours des échaffaudages en 2014.

 

Cliché de Madame E. Charbonneaux, CPA éditée par Jules Matot - collection personnelle

cathedrale-copie-1.jpg

cathedrale2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Cathédrale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Jeudi 18 septembre 2014 4 18 /09 /Sep /2014 06:00

Cette carte postale n'a pas voyagé. Collection personnelle.

Il est juste écrit, comme vous pouvez le voir : RREIMS (1919)

Cette église a été nettoyée très recemment ;
l'arbre au premier plan doit avoir pas très loin d'un siècle.

saint-andre.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Av Jean-Jaurès, Cernay, 30 août
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 06:00

Sur cette première carte postale il est écrit 21 février 1915, elle n'a pas été envoyée. On peut voir que l'intérieur de la maison est complètment écroulé.

 

boulevard-paix1

 

Cette seconde carte postale, envoyée le  22 mars 1916, est prise d'un peu plus loin, on voit que les bombardements ont continué et ont complètement détruit le reste de la maison.

Les deux CPA : Collection personnelle

 

boulevard-paix2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place Royale, Forum, Chapitre, Cérès, Carnot
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Mardi 16 septembre 2014 2 16 /09 /Sep /2014 06:00

Sur cette carte postale qui n'a pas voyagé, ici le départ du boulevard Lundy, on voit bien que la rue Jean-Jacques Rousseaux n'a pas encore été percée, elle le sera plus tard en 1924 à la Reconstruction de la Ville.

CPA : Collection personnelle

 

- Rousseau, rue Jean Jacques - (créée en 1924)

Écrivain , philosophe, musicien Suisse (28/06/1712-02/07/1778) Son essai, « le Contrat Social » est parfois présenté comme le précurseur de la République française. En 1723, il abjure le protestantisme et devient catholique.

En 1752, il réintégra l’église de Genève. En 1762, il quitta la France et partit en exil en Suisse. Il devint citoyen de Neufchâtel. En 1767, il publia sous le pseudonyme de Renou.

3 voies précédentes regroupées.

-1-A- Echauderie, rue de l’ - (disparue en 1924) Origine : échaudés, pâtisserie ou échaudoir, étuve. Voir place Léon Bourgeois en partie. Dans cette rue au début 20ème siècle on trouvait la sous-préfecture (en location)

-2-À- Saint-Jean, rue - ou Coing Saint Jean. Apôtre, dit « de épître". Mort en 107 , à 98 ans. La rue était un des côtés du quarrel du Marché à la Laine. -2-B- Marché à la Laine - (créé en 1834 ) Construit entre les rues Rogier, Legendre, Monsieur et Avant-Garde. -2-C- Marché à la Laine, rue du

-3-A- Avant-Garde, rue de l’ -( créée en 1794 - disparue en 1924) Elle existait à la place d'un bastion qui protégeait les remparts. C'était aussi une enseigne. Elle regroupait les 2 précédentes au 19ème siècle.Elle allait rue Rogier et rue Pluche en 1864 et d'après l'annuaire Matot Braine de 1912. Elle regroupait les 2 rues précédentes au 19ème siècle. 

esplandade-ceres3.jpg

esplanade-ceres4.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place Royale, Forum, Chapitre, Cérès, Carnot
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Lundi 15 septembre 2014 1 15 /09 /Sep /2014 06:00

Briand, place Aristide [1932].

<= 56-57, rue Cérès, 1-2, boulevard de la Paix, => 1-2, avenue Jean-Jaurès, 1-2, boulevard Lundy.
90 x 70 mètres.
Débaptisée le 18 mars 1932, soit 11 jours après la mort de Briand, cette place demeurera cependant toujours, pour les anciens Rémois, l’Esplanade Cérès. En 1765, on l’appelait esplanade Coquebert. Elle prit le nom d’esplanade Cérès en 1841, qu’on appela aussi place de l’Esplanade jusqu’après 1870.

Cette carte postale n'a pas voyagé. Collection personnelle

esplanade-ceres.jpg

esplandade-ceres2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place Royale, Forum, Chapitre, Cérès, Carnot
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 06:00

Le  ravitaillement en  lait.

 

On peut remarquer que la rue a été élargie, la photographie date du 28 aout 1917. Des pierres sont installées devant les soupiraux pour protéger les caves de la  maisonde gauche qui a résisté à la guerre contrairement à ses voisines d'en face.

La photographie de la marchande de lait avec son casque date du 20 juillet 1917

La rue de l'Echauderie à disparu et la place Léon Bourgeois a remplacé un paté de maison, bien visible sur le plan ancien.

Collection : Gallica

 

placeleon-bourgeois.jpg

place-leon-bourgeois-2.jpg

place-leon-bourgeois-plan.jpg

Marchande-de-lait1.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Boulevard Lundy et perpendiculaires
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : L'information rémoise
Samedi 13 septembre 2014 6 13 /09 /Sep /2014 06:00

Jolicœur, rue Henri [1895].

Ancienne rue des Romains, ainsi dénommée en 1895 en place de la première section de cette voie. Elle fut débaptisée en 1949 pour prendre le nom de rue du Président-Franklin-Roosevelt.

 

(1839-1895). Né à Reims le 3 avril 1839, y est mort, 13, boulevard de la République, le 16 janvier 1895. Henri Charles Jolicœur, fils de pharmacien, fut élève du Collège de Reims, puis de l’École de médecine. Il fut reçu, en 1861, l’un des premiers au concours pour l’externat des Hôpitaux de Paris. Docteur en 1868, il revint à Reims et fut médecin du Bureau de bienfaisance et médecin du Dispensaire. D’abord chef des travaux anatomiques à l’École de médecine, il y fut chargé, en 1878, du cours d’histoire naturelle et de zoologie. Il fut élu conseiller général en 1889. Lorsque le phylloxéra envahit la Champagne, le docteur Jolicœur se fit l’ardent propagateur des moyens de défense contre ce fléau, multipliant les conférences, les articles de presse et les publications. Il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 1893. Mort célibataire, il repose au Cimetière du Nord.

Roosevelt, rue du Président-Franklin [1949].

<= 29, avenue de Laon, => 2, rue des Romains.

280 mètres de longueur.

Ancienne rue Henri-Jolicœur, ainsi dénommée en 1895 en place de la première section de la rue des Romains.

 

A gauche, le bâtiment rouge est le musée de la Reddition du 7 mai 1945 c'est un musée d'histoire fondé par la ville de Reims en 1985 à l'occasion du 40e anniversaire de la signature de la première partie des actes de capitulation de l'Allemagne nazie (une seconde signature eut lieu le lendemain à Berlin) qui mirent fin à la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre européen.

Il est situé dans une partie des locaux du Lycée Franklin-Roosevelt à Reims où eut lieu cette signature. La salle de la reddition du 7 mai 1945 située dans l'immeuble fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 31 décembre 1985.

 

 

CPA : collection personnelle

rue-Jolicoeur.jpg jolicoeur.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Courcelles, Clairmarais
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Vendredi 12 septembre 2014 5 12 /09 /Sep /2014 06:00

Le 12 septembre 1914, marque la fin de la Première Bataille de la Marne (commencée le 6 septembre 1914).

Au cours de cette première bataille décisive, les troupes franco-britanniques réussissent à arrêter puis repousser les Allemands.

Reims occupée depuis le 3 Septembre par l'ennemi, est alors libérée. Mais les Allemands s'accrochent aux forts situés à l'Est de la ville et édifiés trente ans plus tôt (Brimont, Witry-lès-Reims, Nogent-l'Abesse). De là ils bombardent à vue durant quatre ans.

 

Le Café des Sportsmen situé Avenue d'Epernay se retrouve sous le feu des obus. Sous le souffle de l'explosion, une chaise se fige entre les lattes du plafond. Elle y est toujours.

En 1914 on en fit le symbole de la victoire (provisoire) de la victoire française sur les Allemands.

Ce café bien connu s'appelle aujourd'hui : "La Chaise au Plafond".

 

Lien : Septembre 1914 

 

 

 

 

MB-CPlafond.jpg

 

 

21-MB-CPlafond-RA  

 

 

 

Par Béatrice Keller - Publié dans : Maison-Blanche, Wilson, Murigny, Châtillons
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Jeudi 11 septembre 2014 4 11 /09 /Sep /2014 06:00

Cette carte a été envoyée en 1915.

 

Piper, rue [entre 1876 et 1880].

<=11-13, boulevard de la Paix, => 22-32, rue des Moissons.
175 mètres de longueur.
Cette rue longeait le parc de l’hôtel particulier de la famille Kunkelmann qui fut démoli pour faire place aux AGF. A la suite, au n° 5, le bel hôtel Lüling-Dollfus, construit pour le docteur Auguste Lüling, négociant en vins de Champagne, et son épouse Salomé Dollfus, petite-fille du baron Haussmann. On peut voir leur monogramme LD sur le fronton de la lucarne centrale et sur les tirants des cheminées.


(1801-1870). Bienfaiteur. Né à Hoïste (comté de Ravensberg, Prusse) le 19 décembre 1801, mort à Reims, 1, rue Notre-Dame de l’Epine, le 8 octobre 1870. Henri Guillaume Piper, négociant en vins de Champagne, veuf de Marguerite Olive Fournival, épousa en 1838 sa belle-sœur Pauline Olive Fournival (1807-1857), veuve de Christian Heidsieck. Fils de Karl Wilhelm Piper et de Marie Henriette Walbaum, il repose au Cimetière du Nord. Ferdinand Kunkelmann (1851-1930), successeur, fonda la marque Piper-Heidsieck en 1892.


Source : Jean-Yves Sureau

CPA : collection personnelle

 

piper.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Bd Pommery, Paix, Vasnier, Victor Hugo
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Mercredi 10 septembre 2014 3 10 /09 /Sep /2014 08:00

Grosse-écritoire, rue de la.

<= 3-5, rue de Mars, => 2, rue du Général-Sarrail.
80 mètres de longueur.
En 1887 il fut proposé de l’appeler place de la Caisse-d’épargne. On demanda alors de rechercher l’origine authentique de l’appellation Grosse-écritoire qui devait rappeler un souvenir historique digne d’être conservé.

Nom dû une enseigne placée jadis sur une maison de la rue et qui est signalée au 17e siècle.

 

 

CPA : collection personnelle, après l'incendie de mai 1917

hotel-ville.jpg

hotel-ville2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Hôtel de Ville, Thiers, Langlet, Tambour
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire

Derniers articles

Liste complète

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés