MONUMENTS 14-18 ||||| Rues de Reims ||||| Exploitation des CPA ||||| Inscription à la newletter ||||| Adhérer à notre association

 

NOTRE SITE : REIMS 14-18

 

Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 06:00

 

cathe-palais-archi.jpg

cathedrale-palais-2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Cathédrale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Lundi 20 octobre 2014 1 20 /10 /Oct /2014 06:00

Encore une carte postale du cours Langlet non datée, mais en agrandissant la photographie, j'ai pu voir qu'il y avait encore des travaux tout le long du cours. Donc on peut en déduire que nous sommes en plein dans la Reconstruction.

CPA et montage : véronique Valette

 

couuslanglet3.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Hôtel de Ville, Thiers, Langlet, Tambour
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : douce France
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 06:00

Il y a 101 ans aujourd'hui : le 19 octobre 1913 visite de Raymond Poincaré, président de la République à Reims

Rue Eugène-Desteuque

Arc de triomphe symbolisant l'Industrie lainière

 

Les maisons de gauche seront épargnées, celles de droite disparaitront totalement pendant la première guerre mondiale.

Nous sommes ici dans l'ancien quartier des laines, au fond à droite se trouvait le bureau central de conditionnement de l'industrie textile.

 

Eugène Desteuque (1816-1896) était fabricant de tissus, juge au Tribunal de commerce, adjoint au maire de Reims de 1878 à 1892.

Voir l'autres vues de cette partie de la rue

 

L'autre coté de la rue, vers la cathédrale, fut entièrement détruit.

 

CPA et montage : Véronique Valette

 

eugene-desteuque.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : E-Desteuque, Grue, Gabelle, St-Symphorien
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 06:00

Cette carte postale a été envoyée en 1904

 

Carte postale et montage : Véronique Valette

 

le-cochon-a-plume.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place d'Erlon, St-Jacques, Buirette, Talleyrand
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : douce France
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 06:00

Pas d'indication de date pour cette carte postale.

On peut cependant voir la "réclame" pour l'Ariane 4, or la Simca Ariane est une voiture construite entre 1958 et 1963, ce modèle a une histoire toute particulière puisque elle fait partie de la gamme des Vedette, une série initialement prévue d'être produite par la filiale française de Ford, mais que Ford revendra à Simca.

 

Carte postale ancienne : Pierre Fréville, montage : Véronique Valette

 

garage-simca.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place d'Erlon, St-Jacques, Buirette, Talleyrand
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : L'information rémoise
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 06:00

Cette carte a été envoyée en 1904. La Fontaine d'Erlon n'est pas encore construite, elle sera inaugurée en 1906, avant, un peu plus vers la gare, il y avait la grande statue du comte d'Erlon transférée à l'angle des boulevards Henry-Vasnier et Victor-Hugo

On reconnait bien à droite la maison des salons Degermann.

 

Sur  le blog du journal L'Union cet article intéressant :

 

"Pour planter le décor, il faut remonter à 1849, année durant laquelle la place de la Couture devient place Drouet-d’Erlon pour rendre hommage à un Rémois, militaire à la carrière mouvementée pendant la Révolution et l’Empire. Jean-Baptiste Drouet, fils de charpentier devenu général, sera fait comte d’Erlon et maréchal de France sous Louis-Philippe. Ses obsèques à Reims en 1844 furent «  grandioses  » mais l’inauguration de sa statue colossale donna lieu à quelques manifestations politiques.

En 1903, cette statue sera considérée comme «  encombrante  » et elle sera transférée à à l’angle des boulevards Henry-Vasnier et Victor-Hugo mais la place conservera le nom de l’illustre maréchal. Entre alors en scène, place d’Erlon, le riche Rémois Auguste Subé. Il offre une somme destinée à construire une fontaine en forme de pièce montée, comme on les aimait alors, et elle est inaugurée en 1906. L’architecte Narjoux et les sculpteurs Gasq, Auban, Baralis et Wary y placent des naïades personnifiant les rivières Suippe, Marne, Vesle et Aisne. Une « Victoire » en bronze vient couronner le tout. Mais, durant le Grande Guerre, ces naïades sont grièvement blessées et la Suippe est décapitée. En 1941, des jeunes y hissent un drapeau à croix de Lorraine et la même année, la Victoire est dérobée par les Allemands.

En 1954, la fontaine devient un objet de polémique pour les Rémois et L’union s’en fait l’écho : faut-il démolir ce «  bidule affreux  » ou restaurer ce régulateur de circulation ? Il y a les Subétains et les anti-Subétains et les mauvaises langues vont bon train. Cependant, elle résiste et l’eau y coule à nouveau en 1959. Elle est nettoyée et consolidée en 1981 et en 1989, une entreprise mécène lui offre une nouvelle « Victoire ailée », dorée cette fois-ci. Celle-ci brille toujours à 17 mètres de haut. Mais les rivières ne coulent plus depuis longtemps."

 

CPA : Pierre Fréville - Montage : Véronique Valette

 

rue-buirette.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place d'Erlon, St-Jacques, Buirette, Talleyrand
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Reconstitution historique
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 06:32

Pas de date sur cette carte postale qui n'a pas voyagé.

J'ai trouvé plusieurs CPA où la dame avec la poussette est présente, est-ce la femme et l'enfant du photographe ?

 

Cette vue est prise au niveau de la  rue de la Tirelire en allant vers la place d'Erlon.

On aperçoit, à droite de la photographie des militaire à côté de planches, il est possible que ce soit celles qui serviront à construire les baraquements provisoires qui abriteront les commerçant et leur magasin en attendant la Reconstruction.

Photographie actuelle du printemps 2014 et montage : Véronique Valette

 

avenue-de-la-republique.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Boulingrin, République, Henri IV, Mars, Foch
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : L'information rémoise
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 06:00

Encore une carte postale sans date qui n'a pas voyagé, on sait juste que cette photographie a été prise pendant la première guerre mondiale.

 

On peut lire sur la pancarte que l'entreprise de réparation "peinture vitrerie" est celle d'Eugène Millar. On aperçoit une bâche protégeant le fronton de droite...

 

La cariatide de gauche a déjà perdu ses bras et le balcon, au centre est écroulé.

 

Deux autres cartes postales de cette même remarquable maison ont déjà été faite sur ReimsAvant :

Dans le site de Jean-Yves Sureau, la Vie Rémoise, on peut voir que dans ses mémoires, Charles Théron (1878-1959), administrateur des Docks Rémois,  conte que lors d’une réception à la suite de son emménagement, en 1909, dans l’hôtel particulier du 3, place Godinot, ses collègues administrateurs furent un peu étonnés du confort, non pas luxueux, ce serait exagéré dit-il, mais bourgeois, et que piqués dans leur amour propre – alors qu’il n’avait pas cherché à les éclipser, affirme-t-il – ils firent construire : Messieurs François et Pigeon sur le boulevard Lundy. Monsieur Mignot, ne voulant pas faire figure de concurrent pauvre, construisit lui aussi un très somptueux hôtel sur le même boulevard, que les Rémois appelèrent l’avenue des épiciers. Monsieur Georget fit lui aussi, rue de Talleyrand[12], très bien les choses, un édifice que trois cariatides semblent porter de leurs muscles de pierre.

 

Charles Théron commet ici une petite erreur chronologique, car les hôtels Pigeon[13] et François[14] furent construits en 1913, soit deux ans après l’hôtel Mignot. Quoi qu’il en soit, trois nouveaux hôtels particuliers, rivalisant de splendeur, construits par trois gros épiciers richissimes, vinrent faire irruption dans l’aristocratique boulevard réservé jusqu’à présent aux négociants de la laine et du champagne, le ballot ou le tonneau, comme on disait alors…

On sait, par l’indiscrétion d’un dessinateur du cabinet de Charles Payen, qu’Alexandre Georget refusa le projet de son architecte en réclamant quelque chose de plus frappant. Il aurait déclaré : Je veux que l’on dise c’est la maison Georget (il a eu gain de cause !). Payen eut alors l’idée des cariatides et ce fut Léon Chavalliaud qui les exécuta[15].

 

[12] 43, rue de Talleyrand. Hôtel construit en 1911 pour Alexandre Georget (1886-1971), administrateur des Docks Rémois.

[13] 24, boulevard Lundy, à l’angle droit de la rue Werlé, l’hôtel Pigeon, fut construit en 1913, par l’architecte Dufay-Lamy, pour l’administrateur des Docks Rémois Paul Pigeon (1862-1920). Clinique Notre-Dame de 1956 à 1970, il fut transformé en immeuble de bureaux sous le nom de Centre d’Affaires Lundy, puis divisé en appartements de standing, sous le nom de Résidence les Jardins Suspendus, en 1998.

[14] 66-70, boulevard Lundy, l’hôtel François, à peine terminé en 1914, fut construit également par Dufay-Lamy pour Albert François (1860-1930), administrateur des Docks Rémois. Aujourd’hui Chambre de Métiers de la Marne, depuis 1938.

[15] Notes de René Druart. Archives des AVR.

 

CPA et montage : Véronique Valette.

Merci à madame Pascale DORE et aux personnes de la Caisse des Ecoles qui m'ont permis de prendre cette photographie

 

maison-georget.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place d'Erlon, St-Jacques, Buirette, Talleyrand
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Lundi 13 octobre 2014 1 13 /10 /Oct /2014 06:00

Cette carte postale n'a pas voyagé, elle ne porte donc pas de date.

 

Cependant quand on sait que la statue qui honore les tués du 132e RI et les réservistes et territoriaux des 332e RI et 46e RIT, a été érigée grace à une souscription publique et inauguré, Cours Langlet le 11 novembre 1925 et transférée le 27 octobre 1933 on a une idée finalement assez précise de sa date de parution

 

Les auteurs du monument sont : Emile Fanjat, architecte et Paul Lefebvre, sculpteur.

 

CPA et montage : Véronique Valette

 

courslanglet.jpg

 

Toujours pas de date pour cette carte postale qui elle est prise, donc, après 1933 ; on peut observer que les arbres sont plus grands

Pour en savoir plus sur La Fontaine, vous pouvez lire la notice du site du Reims Histoire Archéologie, elle aussi a beaucoup voyagé !

courlanglet2.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Hôtel de Ville, Thiers, Langlet, Tambour
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : Passion Histoire
Dimanche 12 octobre 2014 7 12 /10 /Oct /2014 06:00

Cette carte postale n'a pas voyagé.

On peut voir sur la gauche de la CPA la plaque de la rue de la Gabelle, la rue Cérès a été un peu élargie au moment de la Reconstruction.

 

Carte postale et montage : Véronique Valette

 

rue-ceres-place-royale.jpg

Par Véronique Valette - Publié dans : Place Royale, Forum, Chapitre, Cérès, Carnot
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Communauté : L'information rémoise

Derniers articles

Liste complète

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés